Présentation de Jean-Marc Barreau

L’expertise de l’actuel titulaire de la « Chaire Jean-Monbourquette sur le soutien social des personnes endeuillées » s’enracine dans un vécu à la fois académique et clinique.

Originaire de la région de Poitiers, en France, le professeur Jean-Marc Barreau vit depuis plus de vingt ans au Québec. À ce titre, il y a foulé de nombreux terrains de recherche, particulièrement dans les milieux hospitaliers et funéraires. Après avoir travaillé 10 ans en service de réadaptation et des grands brûlés au centre-ville de Montréal, il a eu par après l’occasion de se spécialiser dans l’accompagnement des personnes admises en soins palliatifs et de leurs proches aidants. Là, il fut amené à présider de nombreuses célébrations funéraires et rituels associés, tant en régions qu’en métropole.  

Durant deux années, poursuivies par une maîtrise obtenue à l’Université de Montréal (2006-2008), le professeur Barreau a su développer une méthodologie de recherche familière de la recherche-action. Puis, durant son parcours doctoral effectué toujours à l’Université de Montréal (2008-2012), il a acquis une expertise spécifique en sciences humaines et sociales sur la manière dont les anthropologies philosophiques qualifient la praxis humaine. Son expertise académique se distingue donc par une visée à la fois spéculative et pratique.

Chercheur permanent au Centre de Recherche sur les Religions et les Spiritualités (CIRRES) de la Faculté des Arts et des Sciences (FAS) de l’Université de Montréal (UdeM), le professeur Barreau est spécialement engagé dans l’axe de recherche qui étudie le rapport entre la spiritualité et la santé. À ce titre, la question de l’imbrication de la spiritualité séculière (distincte de la religion) dans la résolution du deuil s’est imposée à lui.

Chercheur permanent au Réseau Québécois de Recherche en Soins Palliatifs et de Fin de Vie (RQSPAL), il est tout particulièrement engagé dans les axes 1 et 3 de recherche du Réseau. À savoir : « L’optimisation de la qualité de vie de la personne en soins palliatifs et de fin de vie » et « L’amélioration de l’accessibilité et de l’équité dans la prestation des soins et des services ». De façon transversale, la problématique du deuil et l’accompagnement des personnes endeuillées et de leur entourage se sont donc imposées à sa recherche.

Soutenu par le Direction des Affaires Internationales (DAI) de l’Université de Montréal (UdeM), le professeur Barreau porte actuellement un projet de recherche qui vise la mise en place d’un partenariat entre l’Université de Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC) et l’Université de Montréal en vue d’une formation intercontinentale autour des questions de soins palliatifs et de deuil.

Fonds de recherche sur le deuil et son accompagnement

Après avoir créé à l’Université de Montréal en juin 2020 un « Fonds de recherche sur l’accompagnement des personnes endeuillées en période de pandémie », Monsieur Barreau a développé plusieurs projets de recherche sur le sujet du deuil.

Le premier de ces projets de recherche a été effectué au bénéfice de la Fondation Jeanne Mance (FJM) et spécifiquement au bénéfice des personnes qui vivent en Résidences Pour Aîné.es (RPA). L’un des aspects de cette recherche s’est penché sur les différentes modalités de deuils que ces personnes vulnérables ont vécues. 

Le second de ces projets de recherche en cours est au service de la Corporation des thanatologues du Québec. Marquée de plein fouet par la pandémie de la Covid-19, la corporation des thanatologues, regroupant plusieurs centaines d’entreprises à travers le Québec, a sollicité le professeur Barreau pour réaliser une étude dans le but d’aider toujours mieux les personnes endeuillées en contexte de Covid-19. Le 1er volet a consisté à analyser les conséquences du report des funérailles sur le processus de deuil. Le 2e volet s’est attaché, quant à lui, à mettre en lumière les impacts de cette crise, notamment financiers, qui ont lesté le milieu funéraire. Le 3e volet est en cours : il consiste à mettre à jour les nombreuses initiatives que les salons funéraires ont engagées en vue de la résolution du deuil des familles endeuillées en période pandémique. En filigrane de cette recherche à plusieurs volets, s’imposent différents thèmes qui nourrissent la recherche : Celui du rapport de la ritualité avec le processus de deuil. Celui du rapport de la parole (narrativité) avec la résolution du deuil. Celui du lien entre la communauté humaine et la résolution du deuil. Celui de la distinction entre un deuil personnel et un deuil collectif. Celui de la différence entre un deuil « normal » et ce que la littérature scientifique nomme un deuil « compliqué ». Celui de la blessure liée au deuil, etc.     

Le troisième de ses projets de recherche conduit par le professeur Barreau se déroule avec le Centre Saint Pierre (CSP) où feu Jean Monbourquette a longtemps offert conférences et enseignements. Cette recherche consiste à se tourner vers la jeune génération d’étudiants(es) et de professionnels(elles) afin d’analyser ce que sont leurs attentes en termes de formation.