Jean Monbourquette

Prêtre, psychologue, auteur et conférencier de renommée internationale, le père Jean Monbourquette s’est fait particulièrement connaître grâce à ses écrits en matière de développement personnel et de deuil, ayant rédigé une vingtaine de livres, dont plusieurs en collaboration. Ses œuvres ont connu un vif succès tant au Canada qu’à l’étranger.

Décédé le 28 août 2011 à l’âge de 77 ans, Jean Monbourquette a abondamment contribué à l’évolution des mentalités à l’égard de la spiritualité. Ayant suscité beaucoup de scepticisme au départ, ses travaux sur les rapports entre la psychologie et la spiritualité, notamment la dynamique du deuil et l’accompagnement des mourants, sont désormais largement reconnus.

Grandir, aimer, perdre et grandir, son livre le plus connu, paru en 1987, a été diffusé à plus d’un million d’exemplaires et traduit dans 12 langues.

Détenteur d’une licence en théologie de l’Université d’Ottawa, d’une maîtrise en psychologie clinique du Mountain College de San Francisco et d’un doctorat en psychologie de l’International College de Los Angeles, il a été professeur à l’Institut de pastorale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa pendant 25 ans.

Ces trente dernières années, il a fait figure de pionnier dans l’accompagnement des personnes endeuillées ainsi que dans le soutien à la croissance psychologique et spirituelle de milliers de personnes. Pendant plus de vingt ans, il a formé des thérapeutes dans l’accompagnement de personnes endeuillées, et donnait encore jusqu’à la fin des conférences partout au Canada et en Europe, ainsi que des ateliers sur des sujets traitant du deuil, du pardon, de l’estime de soi et de spiritualité.

Jean Monbourquette croyait que la perte de l’âme était la maladie du 20e siècle. Pour lui, cette perte de l’âme se manifestait par plusieurs symptômes, dont l’anxiété, les obsessions, les dépendances et la perte d’un sens à la vie. Sa profonde bienveillance et son talent inouï à parler avec son cœur auront permis que ses semblables s’ouvrent à leur ressenti intérieur, à leurs intuitions profondes et à leurs rêves.

Tous ses proches, mais aussi toutes les personnes qu’il a aidées au fil des ans de même que celles qui l’ont côtoyé de près comme de loin, ne tarissent pas d’éloges pour cet homme hors norme, qui a toujours eu à cœur d’apaiser la souffrance humaine et de faire ressortir la beauté de la vie en toutes circonstances.

Jean Monbourquette a, sans contredit, contribué à améliorer notre monde. On ne peut que le remercier d’avoir été si sensible au destin de son prochain et que continuer de s’en inspirer jour après jour.

Jean Monbourquette : un pionnier dont la mission se poursuit.